Premières Impressions

Première semaine de voyage, première impressions
Par Théo

 

Parler du voyage

« Les mots des autres, leur voix, ont sur leurs lecteurs, qu’ils écrivent ou non, un pouvoir bien plus puissant qu’il n’y parait d’abord ».

C’est en parlant de Proust, de Thoreau, d’Hemingway ou de Duras qu’Albéric d’Hardivilliers aborde la lecture au cours du voyage dans L’écriture d’ailleurs. Et moi alors ? Nourris depuis l’enfance aux récits fantastiques, aux polars sombres et à l’imaginaire d’auteurs de science fiction, comment parler de mon voyage ? Comment parler des gens et du monde qu’ils habitent et façonnent chaque jour ? Comment le faire sans poésie en mémoire et sans prose dans la rétine. Pour la première fois, moi qui me pensait grand lecteur, je réalise quelles sont mes lacunes en littérature. Aller à l’encontre de mes goûts n’est pas une habitude chez moi, mais la nous ne parlons pas de détails mais bien de piliers de l’écriture ! Des plus grands jongleurs de mots, je ne connais que les noms. Ça ne m’empêchera jamais de m’amuser, mais je ressens une sorte de jalousie quand d’autres citent ce que je ne connais ni ne comprends pas. Heureusement, il me reste Damasio…

 

Ventimiglia

Le temps y est suspendu, malgré le choc des vagues contre les digues et les cris tous sauf rieurs des mouettes qui se disputent le sommet d’un réverbère. Simple perchoir, point de vue stratégique ou trophée de guerre ? Aucune idée, mais les gagnants ne restent jamais longtemps, et les goélands ont toujours le denier mot. C’est étonnant, cette ville fait pour moi écho à Portbou, premier bastion espagnol après Cerbère, sur la cote Catalane. Marchés couverts, quelques magasins d’alcool et de tabac, meme sensation de calme dans ses villes habituellement remplies de touristes qui ne viennent pas voir mais acheter.

 

Vintimiglia
Genova
Boccadosse
Genova
Image non disponible
ArrowArrow
ArrowArrow
Shadow
Slider

 

« Maté servera »

Son amertume rappelle le thé vert mais pas son gout en bouche, plus léger et plus agréable pour moi. Le mélange que nous faisons en buvant notre bière en parallèle, car il est alors  sept ou huit heures du soir, les étonnent beaucoup. Celui qui nous a invité a boire en parle régulièrement. C’est drôle le type a le même problème avec l’anglais italien que es français avec l’espagnol et l’italien : les mots se ressemblent, un mélange s’opère, on se perd, et l’on finit dans sa langue natale.

 

Dans le port de Trieste

Dans cette ville côtière de l’est de l’Italie, un petit port est séparé de la mer par deux ponts pour voitures et piétons. Problème : il y a quelque chose comme 50 cm de passage, ou peut être un mètre, entre la mer et les ponts. Ce sont de petits bateaux mais tout de même, c’est simplement impossible. La marée en adriatique est-elle beaucoup plus importante qu’en méditerranée ?

 

Port de Trieste
Novi Vinodolski
RIjeka, point pour l'autostop
Novi Vinodolski
Port de Senj
Port de Senj
ArrowArrow
ArrowArrow
Shadow
Slider

 

 

Kuterevo, pays des ours

Le dimanche, après la messe, une dizaine de personnes se parent d’habits traditionnels pour chanter et danser dans une sorte de ronde, bras croisés. En voilà un petit extrait.

 

J’ai aussi commencé à enregistrer la faune de la vallée, et notamment les ours en captivité que nous nourrissons chaque jour. Ici, un ours qui mange un épi de maïs.

 

Ce Vendredi 17 Novembre, nous avons invité des jeunes du villages au refuge, et après quelques passes de guitare et un quiproquo (car lorsqu’une autre française me dit qu’ils veulent un harmonica je sors tout content le mien de mon sac avant de voir leur étonnement : harmonica signifie accordéon en anglais) l’un d’eux sort de je-ne-sais-où un accordéon. L’ambiance monte et les chants croates résonnerons jusque tard dans la nuit. 

J’ai voulu les accompagner à la guitare et ils ont insisté pour que j’essaie, mais les rythmes sont très différents des notre et j’avais du mal à comprendre les accords en notation américaine mais prononcé à la croate : seuh pour C, gueu pour G

 

Vallée de Velebit
Derrière Postaja, notre maison
"śnieg pada"
Des sommets du Velebit, assez peu de vues dégagées
ArrowArrow
ArrowArrow
Shadow
Slider