La fin des Balkans

Šar Mountains

Un jour, nous avons l’occasion d’aller une journée à Šar Moutain, massif à la frontière avec la Macédoine et l’Albanie, qui domine le Kosovo de ses quelques 2700 mètres de haut. Après une petite balade, nous craquons, et partons louer des skis. Cela fait 6 ans que je n’ai pas touché une planche, et plusieurs années pour Virgile et Carine aussi. Les sensations reviennent très vite, et le paysage époustouflant – le Kosovo est une cuvette, si l’on prend la peine de monter sur une montagne frontalière, on à alors une vue dominant tout le pays – donne presque envie de tomber volontairement simplement pour prendre le temps de l’observer.

 

Nous ferons aussi quelques petites randonnées, notamment à Peja dans les gorges qui partent d’un monastère Orthodoxe et s’enfoncent dans les montagnes, ou simplement au Sud de Gračanica.

 

Nouvel an dans les Balkans

Pour finir avec le Kosovo, juste un petit mot sur le nouvel an. Nous étions dans une enclave serbe, donc ici sont fêtés les dates du calendrier orthodoxe mais aussi les dates plus généralisées du calendrier catholique. Le nouvel an a donc lieu le 1er janvier mais aussi le 6 janvier, et Noël le 25 décembre comme le 13 janvier. Nous avons pu voir ce que donner une vraie célébration de la nouvelle année, dans une ville de 15 milles habitants, ou rien n’est organisé par la mairie. Voilà donc une petite vidéo pour vous donner une idée de l’ambiance a Gračanica.

Et un extrait audio de cette soirée où l’on aurait pu se croire au cœur d’une guerre civile..

 

 

Skopje

Partis de Gračanica, nous enchaînons les bus pour rejoindre rapidement le village d’Elia, en Laconie.  Le second bus de la journée nous dépose à Skopje, une ville intrigante. D’abord semblable a ce que l’on connaissait des Balkans, le centre y est étrangement habités de centaines de statues de toutes tailles. Nous croisons sur les ponts des peintres et écrivains de bronze qui autre fois ont fait la gloire de la Yougoslavie, tandis que des divinités Greques ou Romaines vous observent du haut des balcons qu’elles occupent. Et puis des chefs de guerre massifs qui dominent de grandes places, montés sur des chevaux cabrés, les muscles saillants. Selon le point de vue, on plonge dans un théâtre ou s’affrontent des titans d’une autre époque, et on peut ainsi revisiter l’histoire : Philippe II affrontant Alexandre le Grand ou César défiant Samuel Ier !

Et au milieu de cette immense arène, un gamin sur un pont, qui tape sa darbouka et chante pour quelques pièces …

Plus tard nous arrivons à Thessalonique, puis train de nuit pour Athènes et enfin un bus qui nous fera traverser la Grèce jusqu’au Sud de la péninsule du Péloponnèse.