A travers l’Eurasie

 

 

 

Carnet de Voyage
 

Le 4 Novembre 2017, nous partirons pour 5 à 6 mois de voyage et essaierons de rejoindre le Kazakhstan. Nous avons déjà prévu de nous arrêter quelques semaines à Kuterevo en Croatie, un mois près de Pristina au Kosovo, un mois sur la côte Est de la Grèce, un autre mois en Turquie, puis quelques semaines en Iran à Ispahan.  Cela faisait des années qu’on en parlait, il est temps de se mettre en marche.

 

 

 

23 Octobre 2017, gare d’Aix-en-Provence, à deux semaines du départ
Par théo

« La considération est pour celui qui voyage, le mépris pour celui qui reste. »

La longue marche, Bernard Ollivier

C’est à la littérature que je dois mon désir de voyage. Ce sont des mots, écrits il y a cinquante ans par Nicolas Bouvier, il y a vingt ans par Bernard Ollivier ou encore hier par Sylvain Tesson qui m’ont décidé à ne plus attendre de la vie qu’elle m’emporte loin de mon pays, de sa langue et de sa culture. Ce sont des anecdotes, des rencontres, ou simplement des impressions couchées sur papier qui font que je ressens aujourd’hui ce besoin de charger un sac à dos et de partir. Elles sont aussi à l’origine du choix de notre itinéraire : la Route de la Soie.

Dépendant des flux automobiles et des tracés ferroviaires, comme portés par un courant impalpable et abstrait, nous avancerons. A l’improviste ? Non, pas vraiment. Certains choix ont dû être faits. Notamment établir des étapes, par le biais du volontariat, travail gratuit mais compensé par un accueil qui, je l’espère, sera chaleureux. Car de la chaleur, c’est ce dont nous aurons besoin quand le froid et la solitude se feront sentir lors de nos premières fêtes de fin d’année loin de la famille, des amours et des amis.

Lire la suite …

 

 

 

Première semaine de voyage : Jouques Kuterevo 
Par Virgile

La première semaine de voyage est maintenant terminée, et nous avons déjà pas mal de choses a raconter.

Le voyage commence le 5 Novembre au départ de notre village Jouques, dans lequel nous faisons du stop afin d’arriver à notre première étape à Nice. Felicienne nous propose de nous emmener dans le village voisin, Rians, après une demi-heure d’attente sur la route. Nous enchaînons ensuite rapidement les voitures et arrivons au bout de quatre heures et demi à Nice, où Marc, un fidèle camarade de l’école nous accueille chaleureusement dans sa ville natale. Les personnes nous prenant en stop nous font déjà part de leurs inquiétudes et leurs aprioris concernant les pays que nous voulons atteindre. Nous croisons aussi sur la route une mère et son adolescent tous deux sortis de soirée, où l’un raconte tranquillement à l’autre comment il a gracieusement rempli sa pipe à eau avec du whisky-coca, jeunesse oubliée!

Ma soirée sur Nice s’annonce chargée, nous décidons avec Marco d’aller en teuf pour passer tranquillement la dernière soirée en France. Direction les hauteurs de Nice, où un cerf croise gracieusement notre route et où l’on voit une vue des collines de Nice splendide. Malheureusement, Marco s’est trompé de spot et nous décidons après deux heures de bouger à un autre endroit, deux heures plus loin. Le réveil au petit matin nous pouvons alors découvrir un paysage automnale parsemé de brouillard.

 

Panoramique des hauteurs de La Brigue

Lire la suite …

 

 

 

Première semaine de voyage, premières impressions

Parler du voyage

« Les mots des autres, leur voix, ont sur leurs lecteurs, qu’ils écrivent ou non, un pouvoir bien plus puissant qu’il n’y parait d’abord ».

C’est en parlant de Proust, de Thoreau, d’Hemingway ou de Duras qu’Albéric d’Hardivilliers aborde la lecture au cours du voyage dans L’écriture d’ailleurs. Et moi alors ? Nourris depuis l’enfance aux récits fantastiques, aux polars sombres et à l’imaginaire d’auteurs de science fiction, comment parler de mon voyage ? Comment parler des gens et du monde qu’ils habitent et façonnent chaque jour ? Comment le faire sans poésie en mémoire et sans prose dans la rétine. Pour la première fois, moi qui me pensait grand lecteur, je réalise quelles sont mes lacunes en littérature. Aller à l’encontre de mes goûts n’est pas une habitude chez moi, mais la nous ne parlons pas de détails mais bien de piliers de l’écriture ! Des plus grands jongleurs de mots, je ne connais que les noms. Ça ne m’empêchera jamais de m’amuser, mais je ressens une sorte de jalousie quand d’autres citent ce que je ne connais ni ne comprends pas. Heureusement, il me reste Damasio…

 
Lire la suite …
 

 


Les préparatifs
    1. Lire la suite …